Il n’a pas quitté les siens: un élève d’un internat livre une aide humanitaire aux personnes handicapées

Un élève d’un pensionnat  risque sa vie pour aider des pauvres comme lui en livrant de la nourriture et des médicaments dans les zones occupées.

La guerre a dépassé Vladimir alors qu’il était au pensionnat Shevchenko. Lorsque les troupes russes sont arrivées, il a réussi à s’échapper. Il se réfugie à Kharkov. Maintenant, il aide ceux qui sont restés au pensionnat. Il voyage sous le feu et apporte une aide humanitaire.

Indépendamment du temps ou des bruits d’explosions, Vladimir décharge des boîtes de fournitures humanitaires telles que des céréales, des conserves et des bonbons.

Il existe également des médicaments indispensables pour les enfants souffrant de troubles neuropsychiatriques. Les enfants de l’orphelinat sont privés de tout cela depuis l’occupation russe.

La mère de Vladimir l’a laissé à la maternité. Depuis lors, il a été dans divers internats, mais surtout à l’orphelinat Shevchenko.

 

L’établissement abrite des centaines d’enfants âgés de nourrissons à 25 ans. Tous ont des caractéristiques dans le développement physique et mental.

La direction de l’internat n’a pas eu le temps d’évacuer les malades lorsque les envahisseurs sont arrivés dans le village. Vladimir a décidé de s’enfuir et est allé seul à Kharkov. Des volontaires lui ont trouvé un logement temporaire sur place.

Il a vu comment les gens ont survécu sous l’occupation sans argent ni nourriture. Les plus malheureux étaient les handicapés, surtout ceux qui n’avaient pas de parents.

Les orphelinats se sont retrouvés sans nourriture ni médicaments. Par conséquent, le gars a décidé de ne pas abandonner et s’est tourné vers des bénévoles pour obtenir de l’aide.

Les dons des philanthropes ont permis d’acheter les médicaments nécessaires et les volontaires ont fourni de la nourriture et des articles d’hygiène. La compatriote de Vladimir, Nastya, qui a également fui les rashistes, faisait partie des volontaires qui ont apporté de l’aide.

« J’étais très effrayé. Quand ils ont envoyé un tank chez vous, c’était très effrayant. Et quand vous passez devant la maison, vous voyez les chars arriver…. Vous ne pouvez même plus sortir et être en silence. C’est incroyable. Je n’ai toujours pas repris mes esprits », dit-elle.

Des voitures chargées d’aide humanitaire circulent une fois par semaine. Parfois, ils doivent transporter des marchandises sous le feu.

 

Notre héros aide les autres et ne demande rien en retour. Chaque semaine, il charge un camion et part en voyage pour apporter l’espoir aux plus démunis, au péril de sa vie.

Notez l'article
Infos Drôles
Il n’a pas quitté les siens: un élève d’un internat livre une aide humanitaire aux personnes handicapées
Après 14 fils, le couple a finalement eu une fille: c’est une merveille familiale